Le Sud de France, La camargue

le plat pays du sud, la camargue

Rhône, mer, vent et soleil ont modelé le visage de la Camargue, au nord-ouest, le Gard avec ses vignes ses arbres fruitiers et leurs villages qui ont gardé leur tradition taurine. Au Centre, on retrouve Arles entouré de plaines fertilisées grâce au Rhône. Au sud, une bande de sable de Mauguio à Fos, comprenant des étangs et marécages, de terres desséchées et salée en été.

Le taureau de Camargue, star des arènes

Commençons notre voyage par la fé di biou, ou en français la foi dans le taureau, à ne pas confondre avec le bœuf domestique : nous plongeons au milieu d’une manade qui désigne le troupeau de taureaux et de chevaux de Camargue et par extension l’ensemble de l’élevage et son personnel ainsi que leur terre.

Les gardians accompagnent le taureau par exemple lors d’une ferrade ou une gaze (traversée du cours d’eau à la nage). Lors d’une fête votive, on retrouve l’abrivado & bandido, le taureau est une tradition.

Une grande manade, c’est  avant tout des taureaux qui se sont illustrés dans l’arène avec la course camarguaise très différente de la corrida où les raseteurs se disputent l’honneur de raseter et de décrocher la cocarde (petit morceau rouge au milieu du front) et le petit gland (laine blanche sous chaque corne), c’est aussi un sport passionnant comportant des risques.  Chaque année durant les fêtes votives camarguaises les jeunes essayent de rattrapper et de maîtriser les taureaux qui défilent dans les rues, c’est pour eux un acte de courage.

Mais le taureau camarguais ne serais rien sans «le cheval de taureaux» que l’on reconnaît par sa robe et son crin blanc, les chevaux et les taureaux pâturent ensemble depuis des décennies. Le Camargue est un cheval de selle rustique et son courage n’est plus à démontrer. Le cheval de Camargue est avant tout un auxiliaire de travail, les arrêt brusques, des crochets, et des virevoltes dont seul le cheval camarguais et le gardian ont le secret.

Le cheval de race Camargue, est un pur produit Français.

Le poulain camarguais naît noir ou brun dès qu’il est sec, sa mère qui ne peut allaiter debout, le bouscule pour le motiver à se tenir debout, mue après mue, les jeunes acquièrent leur robe d’adulte.

Sa petite taille, son instinct grégaire et son aptitude à tous les dressages en font un cheval idéal pour la simple promenade, une très bonne occasion pour découvrir la Camargue.

Notre sélection des villes a visiter en Camargue

 Arles

Les villes de Camargue se distinguent aussi par leur histoire. Prenez le temps d’apprécier les paysages, les habitants.

 Arles au coude du Rhône, là où le fleuve s’étale. porte de la Carmargue, coeur battant de la Provence, sous un ciel de Van Gogh, à l’ombre des platanes, une ville chargée d’histoire… elle en garde encore les vivants souvenirs :  arène, théatre antique,thermes,  Alyscamps…

En Arles les traditions restent encore vivantes, le costume d’Arles est bien plus qu’un simple symbole de folklore, le costume traditionnel fait naturellement partie de la personnalité de l’arlésienne. Elle porte volontiers lors des fêtes votives, mais aussi lors des cérémonies familiales, ce costume est le plus élégant et raffiné du Midi, les costumes des arlésiennes se retrouvent dans deux musées : le musée Réattu et le musée Arlaten.

Arles est aussi une ville pour sa peinture, on connaît tous le tableau du grand Van Gogh, on peut y retrouver un espace où le peintre qui a vécu une partie de sa vie dans cette ville. Des milliers de touristes viennent en Arles pour retrouver à travers les rues et les champs les traces de l’artiste.

Aigues-Mortes ou voir la vie en rose

L’eau des tables salantes en été est de couleur rose, on y  retrouve le fameux flamant rose qui a force de manger des petites crevettes présentes dans cette eau, ont leurs plumage rose.

Perché sur ses pattes filiformes, le flamant rose impose une certaine élégance, renforcée par son cou en forme de « s » et la teinte rosée de son plumage. Cette couleur particulière n’est pas innée mais liée à l’alimentation de l’oiseau. À la naissance, le plumage du flamant est plutôt grisâtre, plus celui ci est rose plus il serait en bonne santé.

Une eau rose qui vient des tables salantes, l’exploitation du sel remonte à l’antiquité, aujourd’hui une grande partie est vendu par la «Baleine» qui propose une visite en vélo, à pied, en petit train ou encore en 4×4. Durant la visite, on peut admirer des montagnes de sel de plusieurs mètres de haut et de long ressemblant a une baleine .

Après cette visite Le travail du Saunier, gardien de nature intacte, sauvage et généreuse n’aura plus de secret pour vous.

Le centre ville d’Aigues- Mortes est encerclé par des remparts et des tours dont la tour de Constance. Elle est érigée à partir de 1242  par Saint-Louis, sur l’ancien emplacement de la Tour Matafère, construite par Charlemagne vers 790, pour abriter la garnison du roi. Cette construction entre dans le cadre de la transformation d’Aigues-Mortes en un point stratégique avec un port ouvrant sur la Méditerranée.

 En effet, à cette époque, Marseille appartient à Charles Ier de Sicile, roi de Naples, Agde au Comte de Toulouse et Montpellier au roi d’Aragon.

Depuis peu, Aigues-Mortes possède la Maison du Grand Site de France de la Camargue Gardoise. Visite gratuite, ce grand site de France nous fait découvrir la faune et la flore camarguaise.
Prévoir de bonnes chaussures, chapeau ou casquette et de quoi s’hydrater, car les sentiers empruntés ne sont pas ombragés.

Les Saintes-Maries de la Mer, lieu de pèlerinage

L’arrivée aux Saintes-Maries de la Mer a toujours quelques chose d’un peu magique… dans l’immense plaine marécageuse entre la méditerranée et les étangs des launes, les Saintes Maries de la Mer sont depuis toujours un lieu de pèlerinage: selon la tradition, suite aux persécutions des chrétiens, deux sœurs Marie Jacobé et Marie Salomé débarquent par miracle avec leur servante Sara sur les plages des Saintes Maries de la Mer en compagnie des proches du Christ : Marie Madeleine, Maximin, Lazare, …

À terre, seules Marie Jacobé et Marie Lazare restent sur place, les autres partiront dans d’autres directions. A la révolution des Jacobins ont brûlent les reliques; heureusement, elles sont sauvées par les fidèles, en souvenir chaque année en automne une cérémonie est organisée.

– le pèlerinage de mai, dédié à Sara la Noire, patronne des Gitans, et aux saintes Maries (fête de Marie Jacobé)
– le pèlerinage d’octobre, fête Marie Salomé
– le pèlerinage de décembre, l’histoire ayant conservé la date du 4 pour la découverte des reliques.

Mais le plus pélerinage le plus célèbre reste celui du 24 mai :  la procession de Sara réunit les gitans et les provençaux, ils  viennent par centaines lui rendre hommage, ce même soir les gitans emmènent en procession leur sainte jusqu’à la mer, Sara la noire est immergée jusqu’à mi-corps.

Le lendemain une barque remplie de fleurs dans lesquelles figurent les deux saintes se retrouvent comme sur une mer portée à bout de bras elles semblent être sur une mer humaine.

En famille, en amoureux ou en solo, visiter les Saintes-Maries-de-la-Mer est une expérience unique. C’est ici que Rhône et Méditerranée s’unissent, offrant de vastes étendues de sable blanc, mais aussi des marais d’une riche biodiversité. Après le farniente sur la plage, une promenade dans le vieux centre vous dévoilera les secrets des monuments historiques du village.

Les cabanes de gardians
Demeures modestes des gardians, des pêcheurs, saliniers, paluniers et des bergers, à l’origine, la cabane traditionnelle se reconnaît à sa forme basse, son arrondi au nord et à son toit de sagne (roseau). L’architecture traditionnelle de cette cabane est le fruit de simplicité et d’ingéniosité. Son abside tourne le dos au Mistral, ces murs bas blanchis à la chaux donnent peu de prise au vent et au soleil, et son toit à la pente très raide laisse couler l’eau de pluie. Traversée d’un chevron, l’extrémité est surmontée d’une pièce de bois transversale pour former une croix. Autrefois, les murs des cabanes étaient construits avec des matériaux issus des marais : glaise et roseaux.


Un village aux belles maisons blanches qui entourent l’église Notre-Dame-de-la-Mer qui est dotée d’une particularité : on peut monter sur son toit pour jouir d’un panorama embrassant toute la Camargue.

Le soir,  promenez-vous joyeusement dans les rues pleines de rythme, de couleurs, sentant bon la paella, la gardiane ….

Capitale de la petite Camargue,c’est le point de départ pour de nombreuses activités de plein air : équitation, balade en vélo (tout est plat), pêche, observation des oiseaux migrateurs. Profiter de la nature pure,  ici vous trouverez la paix, calme, plages étendues ou cachées parmi la végétation infranchissable. Un lieu pur, 100% naturel et très joyeux,un fond protégé qui reste authentique….. coup de coeur garanti.

Laisser un commentaire